Publication d’une nouvelle étude sur la TPS menée en Allemagne

Publication d’une nouvelle étude sur la TPS menée en Allemagne

Plusieurs études menées par une équipe de recherche du service de neurologie de l’Université de médecine de Vienne ont déjà établi que des patients présentant des symptômes de la démence d’Alzheimer montrent une amélioration de leurs capacités cognitives (mesurées par le test CERAD) après la TPS® et rapportent en outre une diminution significative des symptômes dépressifs (selon l’inventaire de dépression de Beck, BDI)1,2.

Dans une nouvelle étude, Cont et al. analysent les premiers résultats de la TPS® d’un centre en Allemagne3. Les auteurs présentent une étude pilote rétrospective sur la faisabilité, la sécurité et les effets à court terme de la TPS® sur les fonctions cognitives et émotionnelles de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Afin d’acquérir davantage de connaissances sur la TPS® chez les patients à différents stades de la maladie d’Alzheimer, des patients présentant des symptômes de démence d’Alzheimer légers, modérés et sévères ont été inclus dans l’étude.

Méthodes
Onze patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont été examinés dans le service de neurologie et de neuroréhabilitation de l’Hospital zum Heiligen Geist de Kempen, en Allemagne, afin d’évaluer leurs fonctions cognitives et émotionnelles avant et après la première série de stimulations par TPS® (neuf hommes, deux femmes, âgés de 59 à 77 ans, moyenne d’âge = 69,8 ans). Le protocole de traitement suivant a été mis en œuvre :

  • Énergie : 0,20 mJ/mm2.
  • Fréquence : 4 Hz.
  • Zones de traitement : cortex frontal bilatéral, cortex pariétal latéral bilatéral et précunéus élargi. Par rapport aux études précédentes, c’est la première fois que le cortex temporal bilatéral a été inclus dans le traitement par TPS®.
  • Séances de traitement : soit six séances de 6 000 impulsions sur 2 semaines avec une pause ≥ 48 h entre les séances, soit 12 séances de 3 000 impulsions tous les jours.

Quatre patients présentaient des symptômes cognitifs « légers », cinq des symptômes « modérés » et deux des symptômes « sévères ». Les résultats suivants ont été recueillis avant et après la série de stimulations par TPS® : évaluation par échelle ADAS (Alzheimer’s Disease Assessment Scale), composée d’une sous-échelle cognitive (ADAS-Cog) et d’une sous-échelle de symptômes comportementaux et psychologiques (ADAS-non Cog), MMSE (Mini-Mental Status Examination) et MoCA (Montreal Cognitive Assessment). En outre, les changements subjectifs de la sévérité des symptômes, les effets sur les symptômes dépressifs ainsi que les effets secondaires ont été évalués à l’aide d’échelles d’évaluation numérique (NRS). Les variations entre la mesure antérieure et la mesure postérieure au traitement ainsi que les relations entre ces changements et la sévérité initiale de la maladie ont été étudiées statistiquement. Les évolutions au sein des groupes de différents degrés de sévérité des symptômes (légers, modérés et sévères selon le MMSE) ont été présentées par des descriptions.

Résultats et conclusions
Les effets indésirables (douleurs dans la mâchoire, nausées, étourdissements) ont été rares (4 % des séances) et aucun n’a duré plus d’un jour. Des améliorations significatives ont été constatées via l’ADAS et l’ADAS-Cog. Certains patients n’ont présenté que des améliorations mineures, tandis que d’autres ont montré de nettes améliorations. L’amélioration la plus importante chez un patient était de 40 %. Aucun changement significatif n’a été constaté pour ce qui est des scores au MMSE et au MoCA. La sévérité des symptômes décrite par les patients eux-mêmes s’est améliorée de manière significative. Les symptômes dépressifs mesurés par une sous-échelle ADAS ont également nettement diminué. L’analyse statistique des données n’a pas révélé de corrélation significative entre l’amélioration clinique et la sévérité des symptômes initiaux. Ces résultats non significatifs s’expliquent peut-être par le faible nombre de cas et la puissance statistique qui en découle. Une analyse descriptive des données a toutefois montré, pour la plupart des tests, une plus grande amélioration chez les patients gravement ou modérément atteints par rapport aux patients présentant des symptômes légers.

Selon les auteurs, ces résultats indiquent que les patients sévèrement et modérément affectés bénéficient également de la TPS®, tout comme les patients aux symptômes légers.

Cliquez ici pour lire l’étude complète

Sources :
1. Beisteiner R, Matt E, Fan C, et al. Transcranial pulse stimulation with ultrasound in Alzheimer’s disease—a new navigated focal brain therapy. Adv Sci. 2019;7:1902583.
2. Matt E, Dörl G, Beisteiner R. Transcranial pulse stimulation (TPS) improves depression in AD patients on state-of-the-art treatment. Alzheimer’s Dement. 2022;8:e12245.
3. Cont C, Stute N, Galli A, Schulte C, Logmin K, Trenado C and Wojtecki L. Retrospective real-world pilot data on transcranial pulse stimulation in mild to severe Alzheimer's patients. Front Neurol. 2022 Sept 14;13:948204. doi: 10.3389/fneur.2022.948204

0
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
samedi 26 novembre 2022